pays-visiter-voyage

Les pays que j’ai envie de visiter

Mon envie de voyage me poursuit depuis mon plus jeune âge. Scotché devant la télé, je rêvais tout bonnement de visiter presque tous les pays que m’ont fait (virtuellement) découvrir les dessins animés, les films, les séries et autres documentaires. Entre le Brésil pour sa richesse culturelle, le Pérou pour ses paysages paradisiaques, l’Islande pour ses belles cascades ou encore le Laos pour ses nombreuses forêts tropicales, voici ma liste non exhaustive des pays que je finirai certainement par découvrir dès que j’aurai assez d’argent sur mon compte.

Le Brésil

La culture brésilienne m’a toujours impressionné tout comme la beauté du pays. Entre le pelé, les tenues très légères de certaines Brésiliennes, la samba et les belles plages de sable fins, je peux affirmer (sans même l’avoir vu de mes propres yeux) que le Brésil est un pays très exceptionnel. Pour ma part, je pourrai très bien me contenter de contempler la beauté des paysages à travers la Copa Cabana ou encore le Pain de Sucre.

Le Pérou

La diversité du paysage au Pérou reste un véritable énigme à décortiquer pour moi. La forêt amazonienne fait partie des premiers endroits que j’irai voir à Pérou. Mais j’ai aussi envie de tester sur place cette hospitalité péruvienne dont de nombreux sites parlent sur la toile. Il parait qu’ils sont très curieux (comme moi) donc très ouverts au partage (je pense). Le côté sauvage du Pérou m’intéresse également : le manchots de la réserve nationale de Paracas et la plus grande réserve de biosphère du pays au Manu National Parc.

L’Islande

C’est grâce aux romans d’Arnaldur Indridason que j’ai appris à aimer l’Islande, notamment Reykjavik et son froid polaire. Je rêve également de voir de plus près les belles cascades de l’Islande, particulièrement la cascade de Skogafoss qu’on peut (parait-il) apprécier d’en bas. Mère Nature a bien gâté l’Islande où les paysages ne manquent pas de beauté : blue-lagoons, volcans et autres paysages lunaires font aussi partie des choses que j’aimerai voir dans ce pays.

Le Laos

Je considère le Laos comme l’un des pays les plus cools au monde. Bien que je n’ai jamais pu y mettre les pieds à ce jour, cette destination me passionne même si elle ne donne (apparemment) aucun accès à la mer. De ce que j’ai pu voir sur les images disponibles sur la toile, le Laos est un pays aux paysages très diversifiés et pour la plupart préservés. On dit que la moitié du pays est couverte de forêt tropicale, majoritairement primaire. Grand fan de balade en forêt comme je suis, je pourrai certainement y trouver un peu de tout : des bananiers, du teck, des bambous, du bois de rose et certainement de belles cascades aussi. Destination a découvrir sur bf-cafe.com.

Le Canada

C’est Lucky Luke qui m’a fait aimer le Canada, comme vu ici. Dans Le Klondike, j’ai fait la découverte magique (mais virtuelle) d’un pays d’une blancheur incomparable. Et bien qu’à 10 ans je n’ai pas vraiment cru à cet accent marrant qu’on attribuait aux Canadiens, j’ai pris conscience de la véracité de cette information grâce à des chanteurs comme Céline Dion. Et rien que d’entendre ce son un peu bizarre me motive à fond à visiter le Canada.

voyage-mon-reve

Lisbonne : mon voyage au cœur de la capitale portugaise

Depuis quelques temps, j’entends souvent parler de Lisbonne. À chaque fois, cette ville m’est présentée comme une destination de rêve pour passer des vacances à prix cassés. Cependant, voir Lisbonne ne m’intéressait pas plus que ça. La curiosité a tout de même fini par me piquer ! Pas envie de vadrouiller en solitaire, je prends quelques semaines pour me dégoter un compagnon de voyage. En même temps, je ne connaissais pas le budget nécessaire pour voyager à Lisbonne… finalement, je trouve une connaissance qui accepte de jouer les guides touristiques et me lance vers une nouvelle aventure au cœur du Portugal.

Dès mon arrivée, je me suis rendu compte que Lisbonne était une ville qui a du potentiel. Et quel potentiel ! C’est un peu surpris que je découvre que toutes les parties de cette agglomération aiment la nuit. Bonne nouvelle, puisque je compte bien en profiter pour faire connaissance avec les locaux. En chemin pour notre logement, mon compagnon de voyage me fait déjà savoir qu’il y a des adresses à ne pas manquer sur Lisbonne pour ceux qui aiment faire la fête. C’est donc emballé que je me lève le lendemain matin, avec la hâte d’abord de mieux connaitre la ville et sa culture, et ensuite de profiter de ces fameuses attractions de nuit.

La première chose qui m’a sauté aux yeux à Lisbonne est qu’elle parait beaucoup plus petite que de nuit. Je ne sais pas si c’est la fatigue du voyage qui m’a donné l’impression de grandeur, ou si c’est la vie qui s’en dégage une fois que le soleil s’est couché ! Dans tous les cas, j’ai eu le plaisir de constater qu’elle pouvait parfaitement se visiter à pied, histoire d’économiser quelques sous. Pour les plus paresseux que le soleil pourrait dissuader, il est toujours possible de trouver des voitures de location à moindre prix ou d’opter pour des vélos, beaucoup plus pratiques.

Mon guide touristique improvisé m’a d’abord emmené voir la ville historique de Lisbonne, ainsi que les vieux quartiers. Je ne pensais pas qu’il était encore possible de trouver de tels endroits, et ça a pour moi été une occasion rêvée pour commencer à socialiser avec les locaux. Je comprends mieux pourquoi tout le monde dit qu’il est très facile de se faire des amis à Lisbonne ! Dans ces vieux quartiers, les photographes amateurs trouveront plus d’un sujet intéressant, incluant de la céramique typique de la région qui fait in très joli fond pour des clichés pris au vif. Les monuments historiques y sont aussi nombreux, et personne ne vous racontera mieux leur histoire que les petits vieillards sympas que vous trouverez dans les bicoques avoisinantes.

Le soir venu, je me rends en centre-ville pour voir comment les gens de Lisbonne font la fête ou aller également découvrir cette destination. L’expérience est plus intéressante en vrai, et je constate vite que la réputation de la ville n’est pas surfaite. Mon séjour s’est terminé plus calmement, passant mes jours à chiner des œuvres locales et à m’empiffrer de la cuisine comme seuls les Portugais savent la faire, toujours dans les vieux quartiers qui sont devenus mes lieux de prédilection.